Confinement et gestion de paie

L’année 2020 restera marquée dans l’Histoire pour des raisons dont nous nous serions bien passées. Pourtant, face à la crise sanitaire de la Covid-19, nous avons tous dû nous adapter à de nouvelles méthodes de travail ou à l’arrêt brutal de l’activité. Pendant deux mois, des secteurs d’activité ont continué à travailler pour assurer la santé et la sécurité de tous les Français. Alors que nous avons souvent parlé du personnel de santé, de la grande distribution ou encore des secours (à juste titre évidemment), il existe des professionnels qui, dans l’ombre, ont continué à exercer leur métier avec passion et motivation. Vous ne voyez pas ? Les gestionnaires de paie bien sûr ! Opaylink vous dresse un bilan du confinement sur ce métier en première ligne.

3 principaux impacts du confinement sur la gestion de paie

  • Respect des délais malgré une surcharge de travail soudaine
  • La confiance et le professionnalisme des gestionnaires de paie ont été indispensables
  • De nouvelles données de gestion de paie à assimiler rapidement

L’obligation de fournir les bulletins de paie de tous les salariés

Pendant plus de deux mois, des millions de salariés français ont été au chômage partiel malgré eux. Malgré l’arrêt de l’activité, les salariés ont continué à percevoir une rémunération certes minorée mais toujours aussi indispensable pour vivre. Et pour cela, les gestionnaires de paie ont continué à travailler dans des conditions particulières, à domicile dans la majorité des cas.

Chaque mois, comme en temps normal, les salariés attendaient leur bulletin de paie, et plus précisément le virement de leur salaire sur leur compte bancaire. Il a fallu alors veiller à la sécurisation des accès aux données de gestion de paie, tout en respectant les dates d’envoi et de virement habituels.

Des bulletins de paie très différents pendant le confinement

Les différentes situations générées par les mesures strictes du gouvernement n’ont pas seulement eu un impact sur nos vies ; elles ont également obligé les outils de gestion de paie à s’adapter. Entre congés pour garde d’enfant, chômage partiel, congés payés « imposés » par l’employeur, les bulletins de paie des mois de mars, avril et mai ne ressemblent pas aux précédents. Si la gestion de paie peut sembler routinière, elle ne l’a clairement plus été pendant plusieurs mois, obligeant les gestionnaires à s’adapter.

Une nouvelle rémunération pour les salariés au chômage partiel

Face à cette crise sanitaire et économique sans précédent, le Gouvernement n’a eu d’autre choix de proposer aux entreprises de placer leurs salariés au chômage partiel. Cette mesure inédite donc inévitablement redoutée par les dirigeants d’entreprise et les salariés a finalement permis à plus de 10 millions de Français de percevoir une rémunération au moins égale à 70% de leur salaire brut, soit environ 84% de leur salaire net habituel (8,03 euros par heure chômée minimum).

Pendant le confinement, les salaires étaient toujours versés par les employeurs. En contrepartie, ces derniers percevaient une allocation d’activité partielle cofinancée par l’Etat et l’Unédic.

Une charge de travail importante pour les gestionnaires de paie

Le caractère exceptionnel de la situation sanitaire a augmenté la charge de travail des gestionnaires de paie. Afin de respecter les délais et les engagements pris auprès des clients, beaucoup d’entre eux ont étendu leur journée de travail. Tout cela s’est déroulé dans un contexte particulier, où les gestionnaires se sont retrouvés à travailler chez eux, avec un équipement limité et peu adapté. Sans compter que les échanges entre collègues et managers ont été plus difficiles.

Chez Opaylink, tous les gestionnaires de paie ont retroussé leurs manches pour répondre aux appels des clients qui, pour des raisons légitimes, se sont posées de nombreuses questions concernant la gestion de paie de leur entreprise. Le contexte inédit du chômage partiel a généré des inquiétudes et des interrogations auxquels notre équipe devait répondre de façon claire pour rassurer. Au sein de l’équipe Opaylink, les gestionnaires de paie sont habitués à échanger principalement par téléphone ou par email avec leurs clients ce qui a facilité l’adaptation à la situation.

Réussir la gestion de paie grâce au logiciel Silae

C’est lorsque nous sommes confrontés à des difficultés que nous réalisons à quel point il est primordial de pouvoir compter sur des professionnels qualifiés et sur des outils fiables.

En optant pour le logiciel de paie Silae il y a plusieurs années, Opaylink a fait le bon choix ! Les nouveautés générées par la mise en place du chômage partiel ont été intégrées rapidement à l’outil, permettant ainsi à nos clients de bénéficier d’une fiabilité totale pour chaque bulletin de paie.

Une fois encore, même dans un contexte particulier, le logiciel Silae a prouvé son efficacité. Nos gestionnaires de paie ont alors pu réaliser les quelque 1400 bulletins de salaire mensuels pour les salariés de nos clients.

Retour haut de page